Messe de la Pentecôte

 

Abbé Nicolas Glasson, chapelle Notre Dame des Marches, Broc, le 27 mai 2012
Lectures bibliques : Actes 2, 1-11; 1 Corinthiens 12, 3-7, 12-13; Jean 20, 19-23 – Année B

 

Chers frères et sœurs,

Il y a trois manifestations de la présence de Dieu dans le monde. Dieu est présent d’abord dans sa création : il est présent en toutes choses par ce qu’il en est le Créateur ; c’est parce que Dieu est présent en elles que les choses sont ; cette présence de Dieu descend dans les profondeurs, jusqu’aux entrailles et aux dernières fibres de l’être. Nous pouvons donc rencontrer Dieu dans la beauté de la création ou dans la saisie de ce qui est.

Mais Dieu s’est fait plus proche encore : le Verbe de Dieu s’est incarné, il a assumé une nature humaine semblable à la-nôtre et a vécu dans ce monde : c’est la présence d’Incarnation. Jamais Dieu n’a été aussi « physiquement » présent, aussi proche du monde, que durant la vie terrestre du Christ. Le mystère de l’Eucharistie prolonge aujourd’hui dans chacun des tabernacles de nos églises cette présence d’Incarnation.

La solennité de la Pentecôte nous révèle un troisième mode de présence de Dieu dans le monde, présence que jamais l’intelligence d’aucune créature n’aurait pu ni découvrir ni soupçonner : c’est la présence d’inhabitation. En nous envoyant et en nous donnant le Saint-Esprit de Pentecôte Dieu vient habiter en nous. C’est aux fidèles de son temps que saint Paul répète cette révélation, à savoir que l’Esprit Saint lui-même leur a été envoyé et qu’il demeure en eux : « La preuve que vous êtes des fils, c’est que Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils qui crie : Père ! » (Ga 4, 6) ; « L’amour de Dieu s’est répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné » (Rm 5, 5) ; « Ne savez-vous pas que vous êtes un temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? » (1 Co 3, 16) ; « Ne contristez pas l’Esprit Saint de Dieu qui vous a marqués de son sceau » (Eph 4, 30).

En quoi consiste cette présence du Saint-Esprit dans nos cœurs ? Nous l’avons entendu dans l’évangile : quand l’Esprit Saint nous est donné « il prend ce qui vient du Christ pour nous le faire connaître », il prend quelque chose de l’être du Christ, quelque chose de l’humanité divine du Christ pour nous le donner. Recevoir le Saint-Esprit, c’est participer à la filiation divine et à la vie du Christ.
Tout le désir du Saint-Esprit est de faire réussir en nous l’œuvre de salut du Christ : il ne répand pas une autre grâce en chacune et chacun d’entre nous que celle qui remplit le cœur de Jésus et que l’Esprit fait déborder sur l’Eglise, sur les apôtres et sur nous-mêmes avec une irrésistible puissance. Nous avons part ainsi à l’être intérieur du Christ, aux sentiments qui animent la profondeur de l’humanité du Christ. Nous pouvons nous écrier avec saint Paul : « Nous l’avons, nous, la pensée du Christ ! » (1 Co 2, 16). L’Esprit Saint invisible nous ramène toujours à l’œuvre visible du Christ. Cette vie nouvelle est appelée à modeler toute notre existence humaine sur la nouveauté radicale de la résurrection. Dans la mesure de notre libre disponibilité, nos pensées et nos sentiments, notre mentalité et notre comportement sont lentement transformés, sur un chemin jamais complètement terminé en cette vie (cf. Benoît XVI, Porta fidei, no 6).

Ainsi donné à l’Eglise et à chacun de ses membres, l’Esprit de Pentecôte nous entraîne à la rencontre du Christ. A la fin du livre de l’Apocalypse, le dernier livre de la Bible, l’apôtre saint Jean nous rapporte un dialogue : c’est l’Esprit Saint qui, uni à l’Eglise d’ici-bas dont il est l’âme, dit « Viens Seigneur Jésus ! » ; et le Christ lui répond : « Oui, mon retour est proche », oui je viens maintenant (cf. Ap 22, 17-20).
« Esprit de Pentecôte, qui fais de l’Eglise un seul Corps,fais nous revenir, nous, les baptisés, à une authentique expérience de communion ; fais de nous un signe vivant de la présence du Ressuscité dans le monde » (Prière de Benoît XVI pour la Pentecôte 2012). Amen.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.