Messe du dimanche de la Passion et des Rameaux


Abbé Jean-Robert Allaz, vicaire épiscopal, à l’église Saint-Jean, Echallens, VD, le 1er avril 2007
Lectures bibliques :
Isaïe 50, 4-7; Philippiens 2, 6-11; Luc 22, 14-71; 23, 1-16; 18-56 – Année C

 


Accueil :
« Frères et sœurs d’Echallens et de l’unité pastorale du Gros de Vaud,
et, par l’intermédiaire de la télévision, chers amis de partout : entrons joyeusement aujourd’hui dans la Semaine Sainte !

Pendant quarante jours, durant le carême, nous préparons  nos cœurs par la prière, la pénitence et le partage ;
Et nous voici rassemblés au début de cette semaine pas comme les autres pour commencer avec toute l’Eglise la célébration du mystère pascal.

Aujourd’hui, le Christ entre à Jérusalem,
la Ville sainte où il va mourir et ressusciter.

Mettons toute notre foi
à rappeler maintenant le souvenir
de cette entrée triomphale de notre Sauveur ;

Nous le faisons en bénissant des rameaux qui seront largement distribués parmi les participants de nos paroisses, mais que nous pourrons aussi partager avec vous qui nous avez rejoints par les ondes.

En acclamant le Christ des rameaux, nous voulons le suivre dans sa passion jusqu’à la croix
Pour avoir part à sa résurrection et à sa vie.

MESSAGE après la lecture de la Passion
                 
« Sûrement, cet homme, c’était un juste »
Elle est touchante, l’expression de la foi du centurion, un soldat comme les autres, de service ce  jour-là.
Ne sommes-nous pas habités des mêmes sentiments à la fin de la lecture de la Passion ? un juste ? un homme pas comme les autres, ce Jésus si proche de nous – de Nazareth -, si proche de Dieu – Son Père.

En ce dimanche des Rameaux, Il nous fait partager des situations extrêmes : de l’acclamation exubérante par la foule, à la condamnation insoutenable à la mort sur la croix.
Joie et souffrance, bien et mal, espérance et désespoir se côtoient. Grâce à la réactualisation par la liturgie, Jésus rejoint nos vies dans la diversité des états d’âmes, des réussites et des épreuves.

Aujourd’hui par sa Passion, Il nous redit que le mal existe, mais Il nous apprend surtout à le maîtriser et trouver la force de continuer le chemin. « Venez vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau… »

Il nous encourage à reconnaître, entretenir, sauver la dignité humaine, dans la vie des familles, des réfugiés, des travailleurs – rappelé par le thème du Carême cette année -, du quotidien de tout être humain. Inlassablement, Jésus a tour à tour dénoncé ou pardonné, écouté ou parlé, réconforté ou envoyé, rien de la vie humaine ne lui est indifférent.
Le plus bel encouragement donné pour nous de Sa part : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. »
Amen

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *