Messe du 7e dimanche du temps ordinaire

Père Joseph-Marie Huguenin , à l’église Saint-Germain, Savièse, le 19 février 2012
Lectures bibliques : Isaïe 43, 18…25; 2 Corinthiens 1, 18-22; Marc 2, 1-12 – Année A

 

La détermination de ces quatre hommes qui n’hésitent pas à surmonter tous les obstacles pour présenter à Jésus un paralytique, force l’admiration de Jésus et la nôtre.
La foule se presse à la maison de saint Pierre où loge Jésus. C’est là tout un symbole. Cette petite maison de Simon-Pierre est la première Église d’où Jésus veut manifester sa puissance.

Ces quatre hommes symbolisent les nations venant des 4 points cardinaux. Ils viennent présenter à Jésus l’humanité paralysée.
L’expérience de la paralysie spirituelle est peut-être la plus significative. L’homme coupé de Dieu désire faire le bien, mais il n’y parvient pas. Il fait l’expérience d’une paralysie intérieure.

C’est en voyant la foi de ces hommes réunis pour vaincre le mal que Jésus déclare au paralytique que ses péchés sont remis. Cela montre combien la foi des uns peut guérir d’autres. La force d’une équipe qui s’unit par une même foi dans le Christ peut faire beaucoup pour sortir de la léthargie non seulement l’homme qu’ils aident, mais tous ceux qui les voient. C’est la force du témoignage, la force de s’unir, la force d’aimer, la force de se dévouer pour une cause précise en faveur de quelqu’un ou de quelques-uns en s’appuyant sur le Christ.

Jésus guéri d’abord l’esprit de ce paralytique. « Tes péchés sont pardonnés », effacés.
Il montre par là qu’il a l’autorité de Dieu même en sa propre personne. En effet, Dieu seul peut remettre les péchés jusqu’à effacer les conséquences du mal. Jésus, par sa croix, a assumé toutes les conséquences du mal. Il les a pris sur lui pour donner à tout homme de se libérer du mal et de grandir à travers l’épreuve.

Jésus se présente comme le « fils de l’homme » et fait entrevoir ainsi que ce pouvoir peut être obtenu par l’intermédiaire des hommes : il annonce par ces paroles le sacrement de la rémission des péchés où le Christ se rend présent non seulement pour pardonner, mais surtout pour guérir des blessures du cœur. Trop de gens restent seuls avec leur souffrance qui les paralyse dans leur existence. Ce sacrement réconcilie l’homme avec lui-même et lui offre la possibilité d’une véritable résurrection.
Ces quatre hommes n’ont craint aucun obstacle. Ils montent sur le toit plat fait de planches, les écartent et descendent le paralytique. C’est là encore tout un symbole.
Monter sur le toit, c’est emprunter le même chemin que les gens de Palestine prenaient pour aller prier, pour s’élever symboliquement plus près de Dieu, en contemplant la voûte céleste. C’est sur ce même toit plat que Pierre montait pour prier, comme en témoignent les Actes des Apôtres. Ces hommes font une démarche courageuse soutenue par leur prière.
Puis ils descendent le paralytique, devant les gens, près de Jésus. Ce mouvement rejoint celui de Jésus qui est descendu au milieu de nous pour se rendre accessible, visible dans son Église. Ces quatre hommes font preuve de courage, d’ingéniosité et d’audace. Nous sommes invités à les imiter pour trouver des chemins qui mènent au Christ dans notre société actuelle, dans l’Église d’aujourd’hui. C’est à plusieurs, dans une expérience de communion créative que l’on accède à Jésus.

Jésus guérit l’homme jusque dans son corps. Il annonce ainsi la résurrection. À sa parole, il se redresse, prend son brancard et sort devant tout le monde. Il devient un témoin de la puissance de la Parole du Christ. Il devient une parole d’Évangile, une Bonne Nouvelle pour les autres !

Nous aussi, chers frères et sœurs, entrons dans cette solidarité, cette communion profonde en Église pour rayonner le Christ. Que cette communion eucharistique nous remplisse d’un dynamisme nouveau au service de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Amen !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *