Messe du 22e dimanche du temps ordinaire

 

Abbé François Dupraz, basilique Notre-Dame de Lausanne, le 2 septembre 2012
Lectures bibliques : Deutéronome 4, 1-8; Jacques 1, 17-27; Marc 7, 1-8 4-23 – Année B

L’Evangile de ce jour parle donc du dedans et du dehors, de l’intérieur et de l’extérieur. Et ce qui importe avant tout, dit Jésus, c’est l’intérieur, c’est le cœur : Si le cœur est bon, tout l’être sera bon ; s’il est pur, tout l’être sera pur. Il en va différemment bien sûr s’il ne l’est pas…
Un simple coup d’œil en nous-mêmes suffit à nous persuader que notre cœur, on doit bien le reconnaître, n’est jamais totalement bon ou totalement mauvais. Il y a un peu de tout… là au fond de notre cœur…
Il importe donc – les textes de ce jour nous y appellent avec insistance – d’être attentif à ce qui se passe en nous et de cultiver les qualités de nos cœurs pour qu’ils deviennent peu à peu  lumineux, aimants, compatissants, bons, généreux, justes, purs…

Comment faire ? Comment cultiver les qualités de nos cœurs ? L’apôtre Jacques invite – c’est notre 2e lecture – à « accueillir humblement la Parole de Dieu semée en nous ». « Accueillir humblement la Parole de Dieu semée en nous… » voilà une bonne piste.
Le livre du Deutéronome appelle dans le même sens à « considérer les commandements de Dieu et à les mettre en pratique ».

Autrement dit, Parole de Dieu / Commandements de Dieu / Evangile du Christ… voilà des points de référence fondamentaux à garder  devant soi pour qui aspire à cultiver son cœur et à le rendre de plus en plus semblable au cœur de Jésus Lui-même – Jésus doux et humble de cœur – et donc à vivre en état de grâce ou tout simplement en amitié avec Lui…
La proximité de la Parole est source de sagesse, de savoir faire, de savoir vivre, de savoir être…

Pourquoi en est-il ainsi ? Pourquoi une telle puissance de fécondation dans la Parole de Dieu ? Parce que la Parole de Dieu, précisément, est Parole… de Dieu. C’est une parole vivante (…) qui agit au plus intime de nos cœurs : « Parole du Seigneur – déclare le Seigneur en Isaïe – la parole qui sort de ma bouche, ne revient pas vers moi sans effet, sans avoir accompli ce que j’ai voulu et réalisé l’objet de sa mission ».

Oui, il convient de le dire et le redire en une époque ou LA Parole est si souvent ensevelie sous les paroles des hommes: pour qui aspire à vivre en fils (…), la Parole du Dieu vivant est une source principale où puiser Dieu. Une source d’eaux vives et vivifiantes toujours disponible… Je le dis en cette année où nous vivons de par tout le diocèse de magnifiques expériences de partage de LA parole à l’écoute de l’Evangile de Marc.
Nous en ferons un bouquet de fleurs samedi prochain ici même à Notre-Dame de Lausanne lors du grand rassemblement diocésain « fêter la Parole » à l’invitation de notre Père Evêque. Bienvenue à tous !

Le cœur de l’homme s’ouvre-t-il à LA Parole, encore lui revient-il de produire les fruits de cette Parole : « Mettez la parole en application, ne vous contenter pas de l’écouter ; ce serait vous faire illusion », rappelle l’apôtre Jacques en notre 2ème lecture.
Quels sont les fruits de LA Parole ?  Eh bien ce sont les fruits de l’Esprit qui a inspiré cette Parole : Paul en énumère quelques-uns aux Galates mais ce n’est pas exhaustif : Les fruits de l’Esprit, dit-il, sont Bonté / Charité / Confiance dans les autres / Douceur / Joie / Longanimité / Maîtrise de soi / Paix / Serviabilité.
On le voit bien à ces fruits : la proximité avec le Dieu vivant de l’Evangile, la proximité avec la Parole de ce Dieu ô combien vivant (…) se traduit en nos vies – c’est une nécessité – par la proximité avec nos semblables…
 
Il m’apparaît important, de temps à autre, d’examiner notre vie à la lumière de ces fruits car c’est aux fruits que l’on reconnaît l’arbre… Un arbre bon se doit de porter de bons fruits : On ne cueille pas à l’inverse – rappelle le Christ – des raisins sur des épines ni des figues sur des ronces…

Oui ; aux fruits de la chair dont parle le Christ dans l’Evangile – ces attitudes qui blessent nos semblables – le chrétien sait opposer, car il les a d’abord imploré dans sa prière et cultivé dans son cœur, les fruits de l’Esprit.

A tous, bon chemin d’Evangile ; chemin parcouru avec Lui, Jésus-Christ ; à la lumière de Sa Parole – un jour après l’autre… ou 24 heures à la fois – au souffle de Son Esprit qui est un Esprit d’Amour. Amen.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *