Messe de l’Ascension

 

Don Italo Molinaro, église de Bissone, Tessin, le 17 mai 2007
Lectures bibliques :
Actes 1, 1-11; Hébreux 9, 24-28; 10, 19-23; Luc 24, 46-53 – Année C

 


Quarante jours se sont donc écoulés depuis Pâques. Comment les avons-nous vécus ? C’est une question importante si nous voulons vivre cette fête comme l’évangéliste Luc nous le suggère.

Cherchons d’abord à comprendre ce que Luc veut nous dire : Depuis Pâques, les apôtres ont traversé une période spéciale. Quarante jours, c’est un nombre symbolique qui contient un message. Pour les apôtres, cette période a été comme un passage, un exode, un chemin, un état de croissance, une preuve, une expérience forte. Le chiffre 4O ne décrit pas tant la quantité que la qualité de ces jours. Au centre de cette expérience d’exode, il y a une présence : Jésus vivant. Et ce Jésus  vivant parle, explique les Ecritures, partage la nourriture, promet l’Esprit et bénit. Avec un langage biblique symbolique, Luc essaye d’expliquer un vécu humainement difficile à décrire mais bien réel. Les apôtres ont été visités par le Seigneur Jésus. Celui qui a été mis en croix n’est pas resté prisonnier de la mort mais Dieu l’a revêtu d’une vie  toute divine.

La présence de Jésus n’est pas une présence illusoire ou hallucinatoire. C’est un don qui s’est imposé presque par force dans la vie des apôtres. Ceci nous aide à comprendre ma question initiale : Comment avons-nous vécu ces 4O jours après  Pâques ? Les avons-nous vécus comme des jours ordinaires ou comme une expérience d’exode et de croissance en présence du Ressuscité. Quelle a été pour nous la qualité de ces 4O jours ? J’ai l’impression que trop souvent nous vivons les jours et les semaines sans en goûter la saveur, sans apprécier ce qui nous arrive, sans accueillir en nous les personnes que nous rencontrons et les expériences que nous vivons. Je pense à vous, jeunes scouts qui partagez cette célébration avec nous. Moi aussi je suis scout et je serai pour toujours reconnaissant au scoutisme de m’avoir aidé à faire grandir en moi une qualité très importante : la positivité.

Les scouts vivent en petits groupes d’amis des expériences dans la nature et découvrent ensemble le sens des responsabilités tout en apprenant une loi. Avec l’aide de Dieu, ils promettent de faire de leur mieux pour la respecter et la vivre avec le sourire et de façon positive. Tout cela conduit à l’harmonie avec soi-même, avec les autres, avec la nature et avec Dieu. Dans ce sens-là, le scoutisme est une expérience d’exode. C’est un temps qui rappelle les 40 jours des apôtres vécus avec le Christ ressuscité. C’est  un temps particulièrement intense pour apprendre, pour partager, pour grandir, pour se préparer à la vie adulte.

Dans notre société, on focalise beaucoup sur la  formation. Même les nouveau-nés fréquentent des cours de natation… et c’est ainsi pour tout.

Peut-être percevons-nous que la vie devient toujours plus compliquée, plus difficile, et que nous nous sentons de moins en moins prêts. C’est pourquoi nous éprouvons le besoin  de nous préparer et de nous former continuellement.
Les 40  jours de Pâques sont vraiment un cours spécial avec un professeur spécial. Je souhaite que notre temps pascal fut aussi spécial que le fut celui des apôtres, marqué par la présence du Christ, par sa voix qui enseigne, par le partage eucharistique, par l’attente d’un don venu d’en haut, celui de l’Esprit qui nous envoie en mission comme témoins.

Le village de Bissone duquel nous transmettons cette liturgie, est situé au bord d’un des axes principaux du transit européen : la route des Alpes à travers le St Gothard. Cette église est serrée entre l’autoroute, le chemin de fer et la route cantonale. Au-dessus, la montagne abrupte, devant, le lac. Déjà au XIX ème siècle  fut construit le premier pont  unissant les 2 rives du lac et améliorant ainsi le passage des marchandises, des personnes, des idées.

Aujourd’hui, le texte biblique de la lettre aux Hébreux nous a présenté Jésus comme une route. Il est une voie nouvelle et vivante qui nous conduit à Dieu.

Non seulement les jours et les semaines risquent d’être parcourus sans qu’on leur attribue un sens positif mais nous risquons d’avaler des milliers de kilomètres sans nous rapprocher véritablement des autres, de nous-mêmes et de Dieu. Nous sommes en voyage sans être en exode. Nous vivons nos journées sans les apprécier comme une expérience, nous fêtons Pâques sans ouvrir la porte au Ressuscité qui nous parle, nous fortifie, nous nourrit, qui veut nous envoyer en mission et nous rapprocher de Dieu.

Peut-être devrions-nous faire halte et prendre conscience du non-sens de ce que nous faisons… L’évangéliste Luc part de la désillusion et du manque que vivent les disciples pour les remplir de la présence et  de la joie du  Ressuscité. On ne peut remplir d’or un vase qui est déjà plein de paille…

En conclusion, cherchons maintenant à retirer de cette fête de l’Ascension, un message concret pour nous, aujourd’hui. Dans la vie, il y a des moments que Dieu nous offre pour vivre une expérience forte, un exode, une croissance. Pour vous les scouts, les expériences que vous vivez ensemble, sont un cadeau de Dieu pour votre futur. Vivons jusqu’au bout ces expériences en cherchant à en retirer leur enseignement. Certaines de ces expériences sont une rencontre particulière avec le Ressuscité, lorsque nous le sentons vraiment vivant, lorsque sa Parole nous enthousiasme, lorsque nous le célébrons et lorsque nous partageons le pain eucharistique. Dans ces moments-là, nous sentons que Jésus est la voie nouvelle et vivante qui nous conduit à Dieu. Lui qui a été élevé au ciel, lui qui est le premier de cordée, le chemin qui donne une direction d’espérance et de sens à notre quotidien.

Je voudrais terminer en revenant sur la lettre aux Hébreux qui nous dit que la voie nouvelle et vivante s’identifie à l’humanité du Christ. Tournons-nous avec passion vers ce Jésus-Homme, celui des évangiles, celui des rencontres, celui qui pleure, qui rit, fait la fête, prie, pense, enseigne, vit, rêve, meurt et ressuscite. C’est ce Jésus concret qui a fait  exode avec ses apôtres à Pâques, dans son vécu, dans son expérience terrestre.  Les apôtres ont trouvé une nouvelle force et la vie même de Dieu : l’Esprit-Saint. Celui-ci les a envoyés en mission dans le monde entier. Nous aussi, nous sentons le besoin de nous mettre en route, de retrouver le  courage d’affirmer notre foi avec humilité. Ce courage, nous ne l’aurons que si nous restons en compagnie  du Ressuscité, que si sa vie devient pour nous route nouvelle et vivante.

Que la joie et la fête de cette eucharistie soient le signe de notre amour pour le Christ, le signe de notre enthousiasme à faire exode avec Lui, en Lui et par Lui.

Amen.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *