Messe de l’Ascension

Père Bernard Dubuis, à l’église Saint-Germain, Savièse, le 17 mai 2012
Lectures bibliques : Actes 1, 1-11; Ephésiens 1, 17-23; Marc 16, 15-20 – Année A

 

Mon homélie pourrait s’intituler: dialogue insolite.
Oui, je vais tenter de faire dialoguer deux éléments architecturaux de notre église paroissiale avec les textes liturgiques de cette fête. Deux éléments: le clocher et les colonnes; ils peuvent nous ouvrir au mystère du crucifié-ressuscité – monté au ciel.

Si l’on vient à pieds de Chandolin ou de Granois, d’Ormône ou de Roumaz, de Drône ou de St-Germain, inévitablement, notre regard est attiré par une verticalité: le clocher. Il comporte une tour, qui en s’élevant se mue, avec légèreté, en une flèche surmontée d’une croix. Elancé vers le ciel, il nous aspire vers le haut, il nous invite à une ascension tout à fait originale. Le texte le disait: Après ces paroles, ils le virent s’élever et disparaître à leurs yeux dans une nuée. Et comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait.

Cette attitude des apôtres, debout, la tête renversée, le regard tourné vers le ciel dévoile et cache à la fois le mystère de l’Ascension, qui est aussi le mystère qui nous habite.
Ce renversement de la tête pour regarder vers le haut de notre humanité n’exprime-t-il pas le désir profond qui nous anime et nous pousse à nous dépasser, à nous élever ? Ce n’est pas une fuite ; nous devenons nous-même en sortant de nous-même, en allant vers les autres, en nous ouvrant au différent, au monde. Le repli sur soi, l’enfermement, la peur et la violence nous détruisent.

L’ouverture à l’autre nous fait advenir en humanité. Jésus a vécu le dépassement de lui-même jusqu’à l’extrême du don et du pardon: Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font… entre tes mains je remets ma vie… Sa Résurrection-Ascension est la réponse du Père.

Le clocher nous fait signe de cette dimension de notre existence. Mais il dit encore plus. Sa tour est carrée: quatre côtés, comme les 4 points cardinaux, symbolisent l’univers, la totalité du monde créé: du nord au sud, d’est en ouest. A sa manière, elle nous parle de la dimension cosmique de l’Ascension de Jésus. Toute la création est comme aspirée vers une transfiguration dans la lumière du crucifié-ressuscité-monté.
Tout l’univers est aspiré dans le Souffle de Jésus. Un appel d’air pour tous les humains et tout le créé. Saint Paul dans sa lettre aux Ephésiens ne disait-il pas: « Il est monté sur les hauteurs, emmenant des prisonniers, il a fait des dons aux hommes ».

Que veut dire: « il est monté » ? – Cela veut dire qu’il est d’abord descendu jusqu’en bas sur la terre. Et celui qui est descendu est le même que celui qui est monté au plus haut des cieux pour combler tout l’univers.
L’Evangile de Marc insiste sur cette dimension cosmique de l’Ascension. Jésus ressuscité dit aux onze apôtres: allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création.

Cet exode vers l’autre n’est pas une évasion du réel. Il n’est pas une mystique de l’évaporation, mais une mystique de l’incarnation. Une mystique de la fructification… N’est-ce pas le langage des colonnes de cette église ? Elles sont comme des arbres qui étendent leur ramure sous forme de voûte céleste ; des arbres qui fructifient en éternité. Allez dans le monde entier… Jésus, échappant à notre toucher et à notre regard charnels, nous renvoie au monde dont nous sommes. Il nous fait don de son Esprit. Il nous fait témoins. Nous devenons ses témoins en inscrivant dans notre chair le visage de celui qui est descendu en suivant l’appel que nous avons reçu de Dieu: ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; ayez à cœur de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix.
Témoins de Jésus monté au ciel en inscrivant dans l’histoire : la victoire de la liberté au cœur de la nécessité, la victoire du pardon au cœur de la séparation, la victoire de la douceur au cœur de la violence, la victoire de la vie au cœur de la déchéance.

Aujourd’hui, en cette assemblée eucharistique, symboliquement, c’est tout l’univers créé et toute l’humanité qui vit une véritable Ascension, en passant de l’offertoire à l’élévation et à la louange de gloire par Jésus, avec Lui et en Lui. Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *